Fonds Léon J. Grondin

F280    LÉON J. GRONDIN. — 1915-1991. — 35 cm de documents textuels. — 99 photographies. — 7 documents cartographiques. — 49 dessins d’architecture.

Notice biographique :

Léon J. Grondin (1896-1991), architecte, Montréal.

Léon J. Grondin est né à Rochester, New-Hampshire le 25 décembre 1896 du mariage de Joseph Grondin et de Lumina Marquis.

Après ses études primaires à Boston, sa famille revient au pays en 1910, et il poursuit ses études à Montréal à l’École du meuble. Durant ses vacances, il travaille pour l’architecte Joseph-Henri Caron, lors de la construction de la Trappe d’Oka, ainsi qu’à la manufacture Louis Caron et fils de Nicolet.

Lorsque les États-Unis entrent en guerre aux côtés des alliés, il s’enrôle dans l’armée américaine en juin 1918 et part presque aussitôt pour la France où il est sergent 1ère classe génie. Après l’armistice, le 11 novembre 1918, l’armée lui offre la possibilité d’étudier à l’Université de Montpellier – Headquarters American School Detachment (1918-1919), où il prend des cours de littérature puis fréquente l’École régionale des Beaux-Arts de Montpellier en architecture (mars à juin 1919). Il est démobilisé le 31 juillet 1919.

De retour au pays il s’inscrit à l’Université McGill où il termine son cours d’architecture (1919‑1920).  Après ses études il travaille pour le bureau d’architecte Percy Nobbs.

En 1922, il épouse à Nicolet Rachel Caron, fille de Louis Caron et de Eugénie Roy.  De cette union naît sept enfants.  La même année il est engagé par le Canadian Pacific où il travaillera jusqu’à sa retraite en décembre 1961.  Parallèlement il travaillera pour l’architecte Patsy Collangelo.

À titre d’architecte du Canadian Pacific il travaille, entre autres, sur les édifices suivants :

– Banff Spring Hotel
– St Andrews, Nouveau-Brunswick
– Hôtel Royal York où il surveille les travaux
– Château Frontenac :
– aile incendiée
– rénovation et surveillance des travaux à la fin des années 1950

rénovation et surveillance des travaux à la fin des années 1950

– Plusieurs gares dont la gare Jean-Talon et peut-être aussi celle de Trois-Rivières
– Les esquisses d’un hôtel au Lac Louise qui n’a jamais été construit à cause de la guerre de 1939.

À titre personnel il réalise, entre autres, les plans des maisons suivantes :

– La maison de M. Ogilvy.
– La maison de M. Emmerson, vice-président du C.P.

Après sa retraite il travaille pour le bureau Nottebeart sur les plans et la surveillance des travaux du dôme de l’Oratoire Saint-Joseph et pour l’Expo 67.

Il était membre de :

– The Incorporated association of Architects and Surveyors (1930-1968).
– The Institute of registered architects (1935-1968).
– Architects registration concil of the United Kingdom (1920-1980).
– Membre honoraire de l’Association des pionniers du Canadian Pacific.

En 1962, Léon J. Grondin est élu échevin à Rosemère, poste qu’il occupera jusqu’à sa démission le 10 octobre 1967, alors que le Canadian Pacific fait appel à ses services pour la rénovation de l’hôtel Empress à Victoria, Colombie-Britannique (octobre 1967 à juin 1968).

Léon J. Grondin a été naturalisé Canadien vers 1940.  Il est décédé à Drummondville le 1er mai 1991.

Historique de la conservation :

Ce fonds est un don en deux versements, juin 1991 et février 1995, de Micheline Grondin-Proulx, fille de Léon J. Grondin.  En janvier 2000 Jean-Louis Grondin, architecte et fils de Léon J. fait don de la série Dessins d’architecture. En mai 2007 Micheline Grondin-Proulx fait don de 6 lettres qu’elle a écrites à ses parents entre 1964 et 1967.

Portée et contenu :

Ce fonds donne un aperçu des activités familiales et professionnelles d’un homme et par extension d’une famille ayant vécu au 20e siècle.  On retrouve entre autre dans la série Papiers personnels un journal de bord tenu par M. Grondin entre 1922 et 1984 où sont inscrits toutes sortes de détails de la vie courante.  Les autres séries révèlent,  elles aussi, les préoccupations, les obligations, les attachements, reliés à la famille et au travail.  La série Spicilèges nous fait connaître en particulier l’architecte Louis Caron junior et l’hôtel Empress à Victoria.  La série Dessins d’architecture est constituée de dessins originaux et de copies, de maisons, de chalets et d’hôtels.

Ce fonds comprend les séries suivantes :

F280/A1/1-5     Papiers personnels. — 1919-1991. — 5 cm de documents textuels.

F280/B1/6-8      Comptabilité. — 1923-1987. — 3 cm de documents textuels.

F280/C1/9-10    Correspondance. — 1933-1991. — 1 cm de documents textuels.

F280/D2/1        Actes légaux. — 1922-1980. — 1 cm de documents textuels.

F280/E2/2         Rachel Caron. — 1915-1980. — 1 cm de documents textuels.

F280/F2/3         Photographies. — 1918 – [vers 1985]. — 4 photographies.

F280/G2/4-5     Spicilèges. — 1919-1974. — 24 cm de documents textuels. — 7 documents

F280/G3/1-2     cartographi­ques. — 95 photographies.
F280/G4/1-2

F280/H5            Dessins d’architecture. — 1928-1973. — 49 dessins d’architecture.

Annexe

Don de l’uniforme de soldat U.S. au Musée militaire du 12e Régiment Blindé du Canada.

Bilan de la succession.

Curriculum vitae Jean L. Grondin, architecte, projets 1957-1997.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :