Fonds Georges Melançon

F014          GEORGES MELANÇON. — 1903-1982. — 9 cm de documents textuels. — 163 photographies.

Notice biographique :

Né à Saint‑Guillaume-d’Upton, le 7 avril 1886, d’Édouard Melan­çon, cultivateur, et de Célina Milette. Études classiques (1896‑1906) et théologi­ques (1906‑1909) au Séminaire de Nicolet.

Ordonné prêtre le 12 septembre 1909 dans la chapelle du Séminaire de Nicolet par Mgr Joseph-Simon‑Hermann Brunault, évêque de Nicolet. Vicaire à Saint‑Pierre‑les‑­Becquets (se­ptembre 1909 – septembre 1911). Vicaire à Saint‑David (septembre 1911 – septembre 1913). Vicaire à Saint‑Fré­déric-de-Drummondvil­le (septembre 1913 – mai 1920). Desser­vant de Saint-Frédéric (mai 1920 – avril 1922).

Curé de Saint-Frédéric (mai 1922 – 21 mai 1940) où il reconstruit l’église incendiée. Chanoine honoraire du Chapitre cathé­dral de Nicolet, le 1er décembre 1923, et chanoine titulaire de ce même Chapitre, le 15 août 1929.

Élu évêque de Chicoutimi, le 21 mai 1940, et ordonné évêque, le 23 juillet 1940, dans la cathédrale de Chicouti­mi, par le cardinal Jean‑Marie-Rodrigue Villeneuve, O.M.I., archevêque de Québec, assisté de Mgr Aldée Desmarais, évêque d’A­mos, et de Mgr Albini Lafortune, évêque de Nicolet. Sa devise: Adveniat regnum tuum.

Mgr Melançon fonde 28 paroisses, ordonne 160 prêtres pour le diocèse de Chicoutimi, effectue personnellement deux visites ad limina à Rome, la première d’octobre 1949 à janvier 1950, et la seconde de janvier à mars 1954 tandis que son auxiliaire, Mgr Marius Paré, en fait une troisième en son nom de février à mars 1959. Il tient le premier Synode du diocèse de Chicoutimi les 5, 6 et 7 octobre 1953 et en publie et promulgue les 400 décrets en juin 1954, à la demande du Délégué apostoli­que au Canada. Il fait cons­truire l’évêché actuel (1954-1956), le quatrième dans l’histoire du diocèse, lequel est bénit par le Délégué lui‑même, Mgr Giovanni Panico, le 13 août 1957. Pour promou­voir le culte public, il établit une commission diocésaine de liturgie et d’art sacré (1955) et une commission diocésaine de chant et de musique sacrés (1955). Il fait éditer les tomes XI à XVI des Mandements des Évêques de Chicoutimi, volumes d’environ 600 pages chacun, qui contiennent la plupart de ses messages et com­munica­tions adressés au clergé et aux fidèles de son diocèse. Il est fêté le 9 avril 1959 par son clergé et ses diocésains à l’occasion de son jubilé d’or presbytéral, circonstance que Rome veut bien souligner en nommant le jubilaire Assistant au Trône pontifical.

Mgr Melançon accepte plusieurs com­munautés religieuses dans son diocèse: les Pères Montfor­tains (1941) à qui il confie la nouvelle paroisse Sainte‑Marie‑Média­trice, à Jonquière (1946), les Francis­cains (1941), les Pères du Saint-Sacrement (1947) qui prennent alors charge de la nouvelle paroisse Saint‑Sacre­ment-de-Naudville (Alma), les Religieux Saint‑Vin­cent‑de‑Paul (1947), les Pères de la Congrégation des Sacrés-­Coeurs de Jésus et de Marie (­1959), les Maristes (1960) et les Mission­naires du Sacré‑Coeur (1960), les Frères de Sainte‑­Croix (1944) et les Frères de la Charité (1947), les Oblates Francis­caines de Saint­‑Joseph (1955), les Carmélites Déchaus­sées qui fondent un Carmel à Dolbeau (1957) et les Sisters of Charity of Halifax (1957). Il approuve aussi la fondation, à Chicoutimi, de l’Institut séculier diocésain La Milice du Rosaire (1946) et admet les Oblates Mission­naires de Marie‑Imma­culée (1957). De plus, pendant cette même période, trois familles religieu­ses fondent des maisons provinciales et régionales au diocèse de Chicoutimi: les Frères de l’Instruction chrétienne, à Dolbeau (1948), les Frères Maristes, à Desbiens (1960), et les Filles de Sainte‑Marie ­de la Présentation, à Saint‑Alexis-de-Grande‑Baie (La Baie) (1958).

Dans le domaine de l’éducation, d’impor­tantes réalisations voient aussi le jour sous l’épiscopat du cinquième évêque de Chicouti­mi. Signalons d’abord, en ce qui a trait à la préparation et au recrutement du clergé, la contribution annuelle de $2.00 demandée à chacune des familles du diocèse pour aider le Séminaire de Chicoutimi, l’érection du­ Grand Séminaire de Chicoutimi en institution autonome, ce qui vaut à Mgr Melançon d’être reconnu à bon droit comme le deuxième fon­dateur du Grand Séminaire et la promulgation des Constitutions du Grand et du Petit Sémi­naire de Chicoutimi;  mentionnons ensuite la fondation d’un Office diocésain des Vocations (1955) et la fondation du Sémi­naire Marie‑­Reine‑du‑­Clergé de Saint‑Jé­rôme, au Lac Saint‑Jean (17 juillet 1956). Il organise la campagne de souscrip­tion faite au diocèse de Chicouti­mi pour la construction d’un Grand Séminaire qui fut bénit, le 26 octobre 1958.

Toujours dans le domaine de l’éducation, signalons encore la fondation sur le plan paroissial de sections classiques, ce qui est, à l’époque, dans la Province de Québec, une innovation dont on accorde le mérite à Mgr Melançon (1944), et les fondations suivantes: le collège classique féminin du Bon‑Pasteur à Chicou­timi (1947), l’École Normale du Bon‑Conseil à Chicou­timi (1947), l’École Normale Chanoine‑Simard à Dolbeau (1952), l’Exter­nat‑École Normale d’Alma (1955), l’Institut familial du Bon‑Con­seil à Chicoutimi (1945) et celui du Mont‑Saint‑Irénée, en Charlevoix (1945), pour ne nommer que ces deux‑là, le collège classique de Jonquière, confié aux Oblats de Marie‑Imma­culée (1956) et l’Externat classique d’Alma (1958); enfin, l’aide permanente fournie à l’Université Laval (1948‑1953).

C’est encore sous l’épiscopat de Mgr Melançon que sont fondés les hôpitaux Saint‑­Joseph à La Malbaie (1941) et Sainte‑É­li­sabeth à Roberval (1952), l’Hôtel‑Dieu du Christ‑Roi à Alma (1954), l’Hôtel‑Dieu Notre-Dame­de‑l’Assomption à Jonquière (1955), l’Hôtel‑Dieu du Sacré‑­Coeur à Dol­beau (1955), l’hôpital Notre‑Da­me‑de‑la‑­Présentation à Saint‑Jérôme (1958), le Foyer Sainte‑Marie-de-Naudville à Alma (1955), la Maison Saint‑Joseph à Jonquière (1955), le Service social de l’Enfance et de l’Assis­tance aux familles du diocèse de Chicoutimi (1948), l’Institut La Chesnaie à Roberval (1960), l’Institut Saint‑Georges à Chicou­timi (inauguré le 16 janvier 1961), et les Patronages Saint‑Vincent‑de‑Paul à Jonquière (1947) et Notre‑Dame­-de‑la‑Baie à Bagotville (1957).

Par les soins de Mgr Mélançon, l’Action catholique connait un nouvel essor au diocèse de Chicoutimi, en particulier par l’apport qu’il lui fournit d’un personnel plus nom­breux et mieux préparé, et en n’épargnant rien pour faire une réussite de la revue Témoignages. L’action syndicale reçoit de nouveaux encouragements (confé­rence du 1er février 1942); et l’ac­tion rurale, en par­ticu­lier, enregistre d’autres succès. Les agricul­teurs du diocèse n’oublient pas la fondation du Centre social rural de Chicou­timi, qui date de cette période (juillet 1950), et les réflexions sur le problème agricole que Mgr Melançon leur livre, à Saint‑Ambroise, le 28 août 1950. D’autre part, le respect du dimanche trouve en Mgr Mélançon un défenseur constant, et les au­tres mouve­ments, un appui fidèle.

Démissionnaire du siège épiscopal de Chicoutimi, Mgr Melançon est nommé par Rome archevêque titulaire d’Esbo, le 18 février 1961, avec résidence à l’évêché de Chicou­timi.

Décédé à l’Hôtel-Dieu de Chicoutimi, le jeudi 21 octobre 1982, à l’âge de 96 ans, 6 mois et 14 jours. Il était prêtre depuis 73 ans et évêque depuis 42 ans et 3 mois. Ses funérailles sont célébrées dans la cathédrale de Chicoutimi le 25 octobre 1982. Elles sont présidées par le Primat de l’Église canadienne, Monsieur le cardinal Maurice Roy, archevêque de Québec. Mgr Melançon est inhumé dans la crypte de la cathédrale de Chicoutimi.

Références :

Maurice Fleurent. Le clergé du diocèse de Nicolet 1885-1994, Nicolet, Séminaire de Nicolet, 1994, 511p.

Paul Mayrand. «À la tête de la plus grande paroisse, le plus jeune curé du diocèse». Panorama, no 11, sept. 1957, p. 17.

Paul Mayrand. «M. Melançon termine l’église dont il avait rêvé». Panorama, no 12, oct. 1957, p. 17.

Notes :

Ancienne cote : AP.P. 9 – index p. 80.

Plusieurs documents sont des copies ou des photocopies.

 

 

F014/A1/1  Correspondance. — 1926-1980. — 1 cm de documents textuels.

 

Correspondance reçue :

Anonyme (au sujet de Zéphirina Roy). — 1966.

Soeur Marguerite Boivin. — [1978?].

Sergio Pignedoli. — 1966.

 

Correspondance expédiée :

Anonyme. — 1979-1980.

Arthur Bergeron. — s.d, 1958-1960.

Ferdinand Kolednik. — 1962.

Père Lalande. — 1980.

Ulric Leroux. — 1926.

Laurent Saint-Cyr et Claude Legendre. — 1979.

Edmond Savard. — 1979.

Supérieure générale des Soeurs du Bon-Conseil. — 1978.

 

 

F014/B1/2  Papiers personnels. — 1903-1971. — 1 cm de documents textuels.

Cahier de rhétorique. Séminaire de Nicolet. — 1903-1904.

Bulletin de Antoine Melançon. Séminaire de Nicolet. — 1907-1908.

Armoiries de Mgr Melançon.

État de santé de Mgr Melançon. — 1971.

 

 

F014/C1/3  Notes généalogiques sur la famille Mélançon. — [198?]. — 0,2 cm de documents textuels.

 

 

F014/D1/4  Notes biographiques. — 1940-1982. — 1,5 cm de documents textuels.

 

 

F014/E1/5  Brochures. — 1940-1978. — 2 cm de documents textuels.

Réflexions sur le problème agricole. Georges Melançon, Ed. du Progrès du Saguenay, Chicoutimi, [1950]. 15 pages.

Prières et cérémonies pour la consécration d’un évêque selon le Pontificat Romain. Consécration de son Excellence Mgr G. Melançon, 23 juillet 1940, Evêché de Chicoutimi, Chicoutimi. 51 pages.

Jubilé d’or sacerdotal de son Excellence Mgr G. Melançon le 9 avril 1959. Mandements des Évêques de Chicoutimi.Vol. XVI, app. 40 pages.

Voeux de LL. EE. NN. SS. Georges Melançon et Marius Paré à l’occasion de Noël et du nouvel an. Mandements des Évêques de Chicoutimi. Vol XVI, no 11, 28 pages.

Le diocèse de Chicoutimi a cent ans, 1878 – 1978. Messe d’Action de Grâce, 12 septembre 1978, 20 pages.

Diocèse de Chicoutimi 1878-1978. Lettre circulaire de Mgr Marius Paré. 1978, 28 pages.

Exposition. Le centenaire du diocèse de Chicoutimi. 1878-1978. Le musée du Saguenay, septembre 1978, 12 pages.

 

F014/F1/6  Périodiques. — 1959-1962. — 1 cm de documents textuels.

Gazouillis. Vol. 6 no 2, avril 1962, 36 pages.

Témoignages. Vol. XI no 3, avril 1959. 35 pages.

 

 

F014/G1/7  Livre. — [avant 1931]. — 1 cm de documents textuels.

Vie de Saint-George, Martyr. Cadieux et Delorme. Montréal, s.d. 91 pages.

 

 

F014/H1/8  Coupures de presse. — 1953-1980. — 1 cm de documents textuels.

Le Lingot, le Progrès du Saguenay, La Parole, la Vie Nicolétaine, En Église, l’Oratoire, Ste-Anne-de-Beaupré, le Brigand, L’Alma Mater.

 

 

F014/I1/9  Spicilège. — 1979-1982. —
23 pages de documents textuels. — 15 photographies.

 

 

F014/J1/10-12  Photographies. — 1906-1964. — 148 photographies.

 

 

Annexe.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :