ENLÈVEMENT ET MORT DU SEIGNEUR CREVIER À SAINT-FRANÇOIS-DU-LAC

La paroisse de Saint-François-du-Lac, dont l’érection canonique est décrétée en novembre 1714, est l’une des plus anciennes à avoir été fondées sous le régime français au Canada. Celle-ci est initialement érigée sous la désignation de Saint-François-Xavier, mais en raison de la proximité du lac Saint-Pierre, ce vocable prend le nom de Saint-François-du-Lac. Les premiers colons s’établissent sur les îles à l’embouchure de la rivière et bâtissent leurs premières églises sur l’île-du-Fort, autrefois Notre-Dame de Pierreville.

Jean Crevier achète la seigneurie de Saint-François en 1673 sur laquelle il s’installe en compagnie de son épouse, Marguerite Hertel. Ce notable et commerçant est avantagé par l’ancien régime dans une économie coloniale centrée sur la traite des fourrures. La guerre initiée par les Iroquois, pour obtenir le monopole de la traite, sera durement ressentie dans la seigneurie après le massacre de Lachine, en 1689.

On retrouve dans le Fonds d’archives de la Fabrique Saint-François-Xavier conservés au CAR Séminaire de Nicolet une lettre de Thomas Charland, historien, originaire de Pierreville. Dans cette missive datée de 1937, l’historien répond à la Société Nicolétaine d’histoire régionale qui lui demande certaines précisions concernant le double enlèvement et la mort du premier seigneur de Saint-François-du-Lac, Jean Crevier. Selon l’historien, les faits relatant le premier enlèvement par un groupe d’Agniers sont établis plus ou moins précisément dans plusieurs rapports et mémoires de l’époque : « Le 22 septembre 1690, un parti de cent à cent vingt Agniers et autres sauvages des environs d’Orange (Albany) fut aperçut dans le voisinage de Saint-François. (…)» Plusieurs Français sont tués ou faits prisonniers. « Seul le mémoire de Gédéon de Catalogne mentionne que le seigneur Crevier fut fait prisonnier. Aucun ne parle de sa délivrance. » Thomas Charland suppose néanmoins que la libération du seigneur s’est produite peu de temps après l’événement cité plus haut, car certains documents d’époque indiquent qu’il a assisté à une cérémonie de mariage, de même qu’à des funérailles, en novembre et décembre 1690.

Les faits relatifs à la seconde capture du seigneur Crevier semblent plus documentés : « On sait qu’il fut enlevé à nouveau dans les premiers jours du mois d’août 1693. Il était occupé aux récoltes avec quinze ou seize hommes, lorsqu’on signala l’approche des Iroquois. Un habitant fut tué et un soldat ainsi que le sieur Crevier faits prisonniers ». M. Charland cite un texte de l’intendant Champigny rédigé le 17 août 1693 dans lequel il évoque la libération du seigneur Crevier en ces termes: « Le gouverneur d’Albany écrivait que les sauvages alliés des anglais (…) avaient arraché les ongles au sieur Crevier et se préparaient à le brûler lorsque le commandant de la garnison d’Albany le leur avait acheté au prix de cinquante Louis. » Jean Crevier est probablement décédé à Albany, en 1693, à la suite des blessures et des fatigues subies lors de sa captivité aux mains des Iroquois.

Sa veuve, Marguerite Hertel, héritière de la moitié de la seigneurie, prend la relève de son mari avec l’aide de son fils aîné Joseph. Elle continue de faire prospérer la seigneurie de Saint-François-du-Lac jusqu’à son décès, survenu le 25 décembre 1711. La détermination du couple seigneurial Hertel-Crevier a déteint sur leurs successeurs : les quatre seigneurs Crevier suivants, supportés par la branche collatérale Crevier-Descheneaux, ont réussi là où la plupart des familles seigneuriales ont échoué. La présence continuelle de cinq générations de seigneurs Crevier et de leurs veuves a été la marque de cette famille qui, bien qu’elle ne soit pas parvenue à faire bâtir un manoir en pierre, a laissé sa marque à Pierreville et Saint-François-du-Lac. Le mérite en revient en grande partie aux femmes qui les ont assistés ou remplacés.

Références : Centre d’Archives Régionales Séminaire de Nicolet, Fonds Fabrique Saint-François-Xavier F320/Q29/17/7

Plan de Saint-François-du-Lac en 1709 d’après Gédéon de Catalogne

One Response to ENLÈVEMENT ET MORT DU SEIGNEUR CREVIER À SAINT-FRANÇOIS-DU-LAC

  1. seminairedenicolet says:

    Présentement nous effectuons une mise à jour de notre site Internet. Nous allons vérifier nos procédures afin de minimiser les inconvénients aux usagés de notre site.
    Merci de votre compréhension.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :