SAINT-BARTHELEMY : UNE ÉGLISE PROTESTANTE À NICOLET

Le 6 mars 1821, Kennelm Conor Chandler acquiert la seigneurie de Nicolet lors de sa mise en vente par le shérif du district. Ce capitaine d’armée, de confession protestante et unilingue anglophone, choisit de venir s’établir dans un territoire majoritairement composé de catholiques francophones. La cohabitation ne se fait pas sans heurt. Le curé Jean Raimbault accepte difficilement cette présence anglicane au sein de sa communauté. Au moment de la célébration religieuse de la fête de la paroisse, le 4 novembre 1821 : « …le curé Raimbault n’offre pas le pain béni à la seigneuresse protestante qui prend place au banc seigneurial. C’est la seconde fois qu’un tel honneur lui est refusé. On avait cru à un oubli… cette fois Chandler demande des explications, voir des réparations. » Cette querelle, dite « du pain bénit », suscite tout un émoi à l’époque. Le seigneur évoque la possibilité de porter l’affaire devant les tribunaux, mais se ravise sans pour autant se résigner. Désireux de préserver son privilège, il entreprend de faire construire sa propre église à proximité du manoir seigneurial: « Dès que le curé Raimbault est mis au courant de cette construction, il s’inquiète du salut éternel de ses paroissiens engagés dans la construction d’une église hérétique. » Plusieurs donateurs, seize de la seigneurie de Nicolet et trois de Baie-du-Febvre, contribuent à la levée de fonds visant à financer l’érection de la nouvelle église, dont on parachève la construction le 10 novembre 1824.

Le curé Raimbault voit dans l’érection de ce lieu de culte anglican à Nicolet une nouvelle menace pour la religion catholique. Doit-il interdire aux ouvriers catholiques de participer aux travaux de construction et les empêcher ainsi de gagner leur pain? Il s’interroge aussi sur les directives à transmettre à ses ouailles au sujet de certains rites protestants nécessitant la collaboration éventuelle de citoyens. C’est surtout la question des convois funéraires lors des obsèques qui soulèvent le plus d’inquiétude chez le curé de Nicolet. Il s’en réfère auprès de son évêque, Mgr Plessis, qui lui répond en ces termes dans une missive datée du 11 novembre 1824 : « (…) les catholiques doivent s’éloigner de toute fonction, dans ces funérailles, qui les mettrait dans la nécessité d’accompagner ce corps dans l’église ou dans le cimetière. » Le curé Raimbault ne se méfie pas uniquement des cérémonies liées au culte anglican, il craint qu’on ne profite des cours offerts aux enfants le dimanche dans les foyers protestants, pour faire du prosélytisme auprès de la jeunesse catholique.

Cette église relèvera toujours de l’autorité des évêques anglicans. Plusieurs pasteurs en provenance surtout de Trois-Rivières ou de Rivière-du-Loup (Louiseville), de même que quelques rares ministres du culte résidant temporairement à Nicolet, se relègueront afin de permettre aux protestants de Nicolet d’exercer leur culte. L’église Saint-Barthelemy, qui ne comprendra jamais plus d’une centaine de fidèles, est fréquentée de manière plus ou moins assidue jusqu’au milieu du 19e siècle. Le déclin de la coupe forestière explique en grande partie l’exode des protestants de la région de Nicolet qui, pour la plupart, en exploitent les ressources. La fréquentation de l’église Saint-Barthelemy en souffre nécessairement. Désertée progressivement au fil des années, celle-ci se retrouve à l’abandon et victime d’importants actes de vandalisme en 1907 et 1908. Les vandales, qui ne seront jamais identifiés, saccagent tout, brûlent une bible et tentent même de mettre le feu aux boiseries. Suite à ces malheureux événements, l’église est désormais jugée impropre pour l’exercice du culte. En novembre 1916, on procède à sa démolition : « les démolisseurs ont mis le pic ces jours derniers dans la vieille église anglicane qui avait près d’un siècle d’existence à son crédit. La démolition d’un monument aussi antique n’a pas été vu d’un bon œil par tous, mais l’intérêt passa par-dessus les sentiments et le vieil édifice a été sacrifié pour l’argent que valait ses pierres ». Celles-ci serviront à la construction de l’école normale, en 1918.

L’église démolie, seuls les vestiges du cimetière témoignent toujours de la présence anglicane à Nicolet. Or, celui-ci se trouve actuellement en très mauvais état et mériterait un peu plus d’attention. On y retrouve, entre autres, le tombeau décrépit du seigneur Chandler qui fût retiré de la crypte lors de la démolition de l’église et quelques stèles funéraires endommagées qui témoignent toujours, mais pour combien de temps encore, de la présence anglophone protestante à Nicolet, au 19e siècle.

Pour en savoir plus sur la « Querelle du pain bénit et les protestants dans la seigneurie de Nicolet  » on peut consulter le volume 1, des Cahiers Nicolétains sur le site Web du CAR à l’adresse suivante : https://archivesseminairenicolet.wordpress.com/les-cahiers…/.

Références : Fonds Denis Fréchette, F224/M4/9, F224/M4/8

Patrimoine funéraire et religieux, Église protestante de Saint-Barthelemy et le cimetière protestant de Nicolet, Louise Pelletier, novembre 2016

Photos : Il s’agit de la seule photographie que le CAR conserve de l’église anglicane de Nicolet. Nous demandons l’aide des lecteurs qui pourraient être en mesure d’identifier les deux hommes représentés sur la photo. Nous nous interrogeons aussi à savoir si la façade était dirigée vers la rivière où le lac Saint-Pierre. Si par un heureux hasard quelque personne se trouvait en possession d’autres photographies de l’église, il nous ferait un grand plaisir de pouvoir en prendre connaissance.

Photo de Centre d'Archives Régionales Séminaire de Nicolet.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :