LES TABLES TOURNANTES AU TEMPS DE LA COLONIE

Au 19e siècle, le spiritisme connaît une vague de popularité en Europe et particulièrement en France. Cette mode gagne toutes les couches de la société. De nombreuses célébrités, entre autres Victor Hugo, s’adonnent très sérieusement à des séances qui consistent à évoquer les esprits par l’entremise de tables tournantes. Cette mode finit par franchir les océans et faire plusieurs adeptes chez les Canadiens-Français. Au point, où l’archevêque de Québec, Mgr Pierre-Flavien Turgeon se voit contraint, le 15 janvier 1854, de publier une lettre pastorale adressée à tous les fidèles de son diocèse afin de les prévenir des dangers représentés par cette nouvelle tendance. Dans son introduction, l’archevêque exprime directement ses craintes face à cette pratique qu’il juge néfaste pour la société catholique qu’il représente : « Notre charge pastorale nous fait un devoir d’élever la voix aujourd’hui, pour vous mettre en garde contre un nouveau moyen de séduction, que l’esprit des ténèbres veut introduire parmi vous, pour égarer les âmes faibles, et les faire tomber dans le péché. Nous voulons parler de l’abus criminel que l’on fait des tables tournantes ». Les autorités conservent une attitude conciliante face au phénomène tant que celui-ci demeure marginal. Or, le clergé estime que c’est son devoir d’intervenir lorsque l’attrait pour ce genre de « superstitions » croît en popularité : « On veut s’en servir comme un moyen de prévenir l’avenir, pour évoquer les âmes des morts, pour les obliger à répondre aux questions qu’on juge à propos de leur faire, à nous révéler le mystère de l’autre monde. » Plusieurs rumeurs en provenance de France et d’Angleterre témoignent d’expériences les plus farfelues les unes des autres. À Versailles, un prêtre catholique arrête une table tournante en y déposant un chapelet et somme le démon de se nommer en toutes lettres. Or, ce dernier semble incapable de répondre en latin comme demandé, se révélant unilingue français. De l’autre côté de la Manche, un ministre protestant parvient à stopper le mouvement d’une table en y déposant ce qu’il croit être une bible. Fier de sa performance, on lui révèle alors avoir été victime d’un canular, après qu’on ait troqué, à son insu, le Saint livre pour les « Voyages de Gulliver ». Ici même, au Canada un catholique apparemment érudit : « interrogera les âmes du purgatoire, et leur demandera si des messes et des prières leur feraient du bien et publiera leurs réponses affirmatives dans les journaux. »

Mgr Turgeon conclut sa lettre pastorale en condamnant ceux qui s’adonnent sérieusement à ce genre de pratique. Il n’absout pas non plus entièrement les fidèles qui participent candidement à ce genre de séances simplement pour se distraire : « Car, avec un moment de réflexion, comment n’auraient-ils pas aperçu, dans ce qui d’abord ne leur avait paru peut-être qu’une curieuse expérience, tous les caractères et tous les dangers des opérations ténébreuses de la divination et de la nécromancie. Ce que nous voulons, c’est que vous compreniez bien ce qu’il y a d’absurde, de téméraire et d’impie dans la prétention de connaître par ce moyen les secrets de la vie présente et les mystères de la vie future » L’archevêque demande que sa lettre pastorale soit: « publiée au prône de toutes les églises, dans lesquelles se fait l’office public et en Chapitre dans toutes les communautés religieuses le premier dimanche, ou jour de fête, après sa réception. »

Références :
Fonds Louis-Édouard Bois F003/P22/9/23

Tables tournantes – F003-P22923

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :