DEUX SÉMINARISTES DE NICOLET AU CŒUR DU DRAME DE KAMOURASKA

Au début des années 70, suite à la parution du roman Kamouraska d’Anne Hébert, Mgr Albertus Martin entreprend des recherches afin de savoir ce qu’il est advenu de George Holmes, l’assassin d’Achille Taché. L’intérêt que porte l’évêque de Nicolet envers ce drame est probablement suscité par le fait que les deux protagonistes de cette histoire sont d’anciens confrères de classe qui ont étudié au séminaire de Nicolet au milieu des années 1820. De plus, George Holmes est le frère de l’abbé Jean Holmes, un américain converti au catholicisme. Celui-ci a étudié et enseigné durant quelques années au séminaire de Nicolet. Il est aussi le co-fondateur de l’université Laval dont l’un des pavillons porte son nom. De revenu modeste, ce dernier demande l’aide de Mgr Plessis pour l’aider à défrayer les études de son frère cadet qu’il désire inscrire au séminaire : « Si votre Grandeur pouvait lui accorder une place à Nicolet, je m’engagerais à payer ses dépenses aussitôt que je le pourrai. » C’est ainsi qu’à l’âge de quatorze ans le jeune George Holmes entreprend ses études au séminaire de Nicolet où il fait la connaissance d’Achille Taché, jeune seigneur de Kamouraska, qu’il assassinera plus tard. Anne Hébert s’est inspirée de ce meurtre, survenu le 31 janvier 1839, pour rédiger son roman.

Rappelons les faits tel que rapportés par les principaux témoins du drame au cours du procès qui s’ensuivit. Le 1er février 1839, le seigneur Taché, disparu la veille, est retrouvé assassiné d’une balle à la tête sur les rives du fleuve près de Kamouraska. Très vite, on soupçonne le docteur George Holmes de ce crime. Plusieurs résidents du bas du fleuve affirment avoir aperçu sa cariole la journée et le lendemain du meurtre. Pendant ce temps, l’assassin retourne à Sorel où il confesse son crime auprès de la veuve de sa victime. C’est d’ailleurs pour soustraire celle-ci des griffes d’un mari violent qu’il commet l’irréparable. George Holmes et Joséphine-Éléonore-d’Estimauville-Taché se fréquentent depuis un moment déjà. La jeune femme s’est réfugiée chez des tantes demeurant à Sorel, fuyant un mari agressif, buveur et coureur de jupons, qui la battait régulièrement devant ses trois enfants. George Holmes, ne pouvant supporter plus longtemps de voir souffrir ainsi celle qu’il aime, décide d’éliminer son rival. À titre de médecin, il est aisé pour lui de se procurer du poison. Abusant de la très grande affection que voue la bonne de Joséphine d’Estimauville-Taché à sa maîtresse, il propose à celle-ci de se rendre dans le bas du fleuve dans le but d’empoissonner le jeune seigneur de Kamouraska. On devine le tourment de la pauvre femme qui, sous l’insistance des deux amants, accepte de commettre ce crime passionnel par procuration. La servante s’embarque pour Québec, mais, rongée de remords, elle prétend n’avoir trouvé personne pour la conduire à destination et retourne à Sorel sans avoir commis son forfait. Le couple parvient difficilement à la convaincre de récidiver. Madame d’Estimauville-Taché insistant beaucoup sur les malheurs de sa vie matrimoniale et la mauvaise influence que le comportement inacceptable de son mari pouvait avoir sur ses trois enfants. Cette fois, la bonne accomplie sa mission sans faillir. Elle retourne à Sorel convaincue d’avoir accomplie son crime avant d’apprendre, quelques jours plus tard, que le seigneur Taché a survécu à l’empoisonnement. Le docteur Holmes décide alors de se rendre lui-même à Kamouraska. Sur son chemin, il croise Achille Taché qui revient de chez sa mère en compagnie d’un homme de main. George Holmes se dit curieux de visiter la nouvelle maison de son ancien confrère de classe et lui propose d’effectuer le trajet à bord de sa propre cariole. Taché accepte la proposition et ordonne à son homme engagé de retourner chez sa mère où ils séjournent temporairement tous les deux. C’est la dernière fois que l’on verra le jeune seigneur vivant. Fuyant la justice, le docteur Holmes se réfugie à Burlington où il clame son innocence. Il prétend avoir été provoqué en duel par sa victime et que le coup de pistolet serait parti par erreur. Suite à une demande d’extradition de la part du général Colborne, Holmes est immédiatement emprisonné par les autorités américaines. Il formule aussitôt une requête auprès de la cour suprême du Vermont pour obtenir son habeas corpus et recouvrir sa liberté. Sa demande est acceptée en avril 1840, deux ans avant que le Canada et les États-Unis signent une entente d’extradition. C’est à partir de cette époque que l’on perd définitivement sa trace. Il est peu probable qu’il ait habité Albany par la suite où, comme la rumeur du temps le laisse entendre, il se serait suicidé. Les recherches intensives de Mgr Martin ne permettent pas de conclure avec exactitude ce qui est advenu de George Holmes après son départ de Burlington. L’évêque de Nicolet semble tout de même se rapprocher considérablement du but en découvrant que, vers 1860 à Sacramento ou Auburn en Californie, il y avait un docteur Holmes âgé d’un peu plus de cinquante ans qui parlait couramment le français. Ce dernier aurait eu un fils, ce qui laisse croire qu’il se serait sauvé dans cette lointaine contrée pour se faire oublier et refaire sa vie. Le mystère demeure néanmoins entier, car aucun George Holmes n’est enregistré au Pacific journal list of 1858, le registre officiel des médecins de Californie. Nous ne découvrirons probablement jamais avec exactitude ce qui est advenu du meurtrier d’Achille Taché. Nous savons toutefois que sa veuve, à défaut de preuves, fut acquittée de l’accusation de complicité de meurtre qui pesait contre elle et qu’elle s’est remariée par la suite.

Références :
Fonds Albertus Martin, F277/M160/, F277/M161, F277/M162

Kamouraska claire de lune en 1917, F088-G3-120
George Holmes fiche d’inscription au Séminaire de Nicolet
Achille Taché fiche d’inscription au Séminaire de Nicolet

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :